Électricité

J’ai envie de Toi, de nouveau.

D’avoir Ton corps,

toujours pâle, toujours doux,

lorsque le coeur, le Nôtre,

s’impatiente quand On ne se touche plus

donc on respire avec un seul poumon

et l’air est la guérison,

l’air est le pain, il Nous nourrit.

L’air est la force, il Nous approche.

L’air de soulagement, Nous en respirons.

La Solitude n’est plus là, les nuits sont longues.

Vers Toi je me tourne

j’engrène Nos méandres

où la pluie faible tombe.

En chantant Nous la buvons.

Vers Toi je me tourne pour boire la pluie

qui chante la chanson

celle que, même de si loin,

Nous écoutons. Nous chantons. Nous respirons.

GJ